Choisir le stylo qui vous ressemble
Makaire

Si l'écriture est le prolongement de votre pensée, le stylo est l'affirmation de votre identité.

Choisissez votre style !

Stylo-plume Montegrappa Extra Le Stylographe Orange

Série Spéciale « Extra 1930 for Le Stylographe » Stylo-plume en Celluloïd orange et attributs en argent massif. Système de chargement à piston. Cette série spéciale est doté d’une plume bicolore en or 14 carats. Largeur de plume moyenne.

Plus de détails

ISEXT3CO_001

Prix : 990,00 €

Paru dans « Stylographe » n°59 Par Jean Buchser : C’est extra, c’est le nôtre ! Montegrappa… On ne présente plus cette belle maison italienne, fondée en 1912 à Bassano del Grappa, et qui produit de magnifiques stylos depuis plus de cent ans. La maîtrise de l’argent et du Celluloïd s’expriment en particulier dans la collection Extra 1930, largement inspirée d’un modèle sorti il y a plus de quatre-vingt ans. J’ai aimé ce stylo dès que je l’ai vu, il y a une dizaine années. Je m’en étais offert un, en Celluloïd ivoire. J’adorais cette très grande plume, ce poids idéal, ces proportions caractéristiques, la large bague à motif de grecques et l’écriture si douce… Montegrappa ne cesse d’évoluer et de proposer à ses clients des stylos toujours plus rares, toujours plus beaux et, cela se sait peu, dispose même d’un service de personnalisation portant sur trois modèles, dont l’Extra 1930 ! « Le Stylographe », qui voulait matérialiser sa passion stylographique par un ou plusieurs stylos, a noué un partenariat avec la maison transalpine pour produire des instruments réservés exclusivement aux distributeurs membres du Réseau du Stylographe.   De cette collaboration, est né l’Extra 1930 « Le Stylographe », qui vous sera proposé dans les boutiques membres. On retrouve la ligne si caractéristique de l’Extra, bien sûr ! Un stylo ample, un capuchon vissant assez court, des extrémités plates, une très large bague de capuchon en argent, l’agrafe à roulette, courbe comme une vague et qui s’affine vers le bas… C’est bien un Extra 1930 !   Le corps et le capuchon sont en Celluloïd. Cette version « Le Stylographe » est d’un orange nacré absolument réussi : il mettra du soleil dans votre écriture et de la chaleur dans vos lettres ! La lumière joue avec les reflets de la matière et le contraste avec l’argent des bagues et du clip est agréable. Spécificité notable, la bague de capuchon est lisse, avec le logo de Montegrappa dans un cartouche sur l’avant et le « S » stylisé du Stylographe à l’arrière.   J’aime cette ligne, les attributs en argent massif qui se patinent légèrement (c’est tellement plus élégant et moins froid que les attributs rhodiés…), la pastille en argent sur le sommet du capuchon, qui rappelle l’année de fondation de Montegrappa, la fine bague qui marque la césure entre le bouton du piston et le corps, la large section du même métal, et la grande plume trapue, dont l’aspect se coordonne parfaitement avec la ligne du stylo… Elle est en or 18 carats, rhodiée, et reçoit un motif décoratif en nid d’abeille or jaune. La cohérence esthétique de l’ensemble n’appelle que des louanges !   Je remarque que la finition s’est encore améliorée par rapport aux premiers modèles, avec des ajustements parfaits et une grande rigueur de fabrication. Ainsi, par exemple, le piston est à cliquet, émettant lorsqu’on le manipule un son proche de celui d’une montre mécanique que l’on remonterait. Sympathique ! L’équilibre en main est excellent. Le poids est présent mais jamais pesant et je m’abstiens de poster le capuchon, même si les inconditionnels pourront s’y adonner sans risque de rayure du haut du corps : le capuchon est doublé pour éviter le contact avec le métal de la bague.   Je pose mes doigts au niveau du pas de vis, discret avec seulement deux spires. Ah, cette plume ! Ample et généreuse, large mais de longueur contenue : elle respire la puissance. Elle repose sur un conduit en ébonite à ailettes qui l’alimentera du précieux liquide nécessaire à son fonctionnement. Réservoir rempli, l’encre parvient immédiatement à la pointe (c’est l’un des avantages du remplissage au piston : l’encre remonte le conduit et l’imbibe, ce qui facilite ensuite l’arrivée d’encre au bout de la plume). La pointe d’iridium (largeur « M » sur le stylo testé) est d’une infinie douceur sur le papier ! Jouissant d’une certaine flexibilité, elle s’autorise des pleins et des déliés, lorsqu’on fait varier la pression… Je me souvenais de la douceur, pas de cette aptitude calligraphique ! Le débit est généreux et régulier, permettant à tous les scripteurs de s’y retrouver. Que l’on aille vite sans appuyer ou que l’on prenne son temps en usant de la flexibilité, ce stylo se comporte parfaitement bien, ce qui en fait un compagnon idéal du quotidien !   Le Montegrappa Extra 1930 « Le Stylographe » est une bien belle variante de ce remarquable stylo ! Il n’est pas donné mais le prix de cette édition spéciale, que vous ne trouverez que chez votre détaillant membre du Réseau du Stylographe, reste cohérent. Voilà un cadeau ensoleillé à s’offrir pour éviter le gris de la rentrée !